© La Nuit te soupire - 2019

 

Président : Benjamin Pierre

Secrétaire et trésorier : Grégory Constant

Directeur artistique : Anthony Thibault

Administratrice : Danièle Gironès

"L'aurore t'admire,
Le jour te respire,
La nuit te soupire,
Et la terre expire
D'amour à ton nom !"

Hymne à la nuit, Alphonse de Lamartine
 

Le théâtre représente la société dans sa diversité.  Nous nous emploierons donc à ce que cette diversité ne soit pas oubliée ; parce qu’en témoignant des différentes facettes de ce monde, nous les intégrons et les interrogeons sans cesse. Nous sommes les chroniqueurs d’une société multiculturelle, humaniste et ouverte, luttant contre toute forme d’intolérance et d’injustice. Plus que de la représenter, le théâtre fait la société. Faire société ensemble.


Faire du théâtre, c’est s’ouvrir à l’infini des possibles, se laisser surprendre par ce que l’autre peut apporter par sa propre expertise, par sa sensibilité. C’est accepter la complémentarité et la différence. Croire avec force à l’individuation. C’est comprendre que le dialogue et la coopération sont d’excellents ciments de la construction artistique et sociale. Il faut pour cela être en état de réception, être curieux et ne pas se contenter de ses acquis ou de ses connaissances. C’est savoir qui on est, ce qui nous définit, pour mieux creuser et enrichir son travail. C’est écouter, ressentir, avec toutes les oreilles que nous avons sur la peau.


Créée en septembre 2015, notre compagnie a pour vocation d'encourager et promouvoir une meilleure représentation de la diversité sur la scène théâtrale française, de par ses spectacles sur des textes contemporains inédits, de par son label d'écritures contemporaines qu'elle a créé en septembre 2015 (Label Jeunes textes en liberté). Ce label est né de la volonté de promouvoir la représentativité des auteurs, des metteurs en scène et des comédiens racisés sur les scènes de théâtre et de défendre une diversité de narration. Une meilleure représentativité de la diversité sur scène et sur les écrans permet à tous les spectateurs de mieux s’identifier aux personnages et aux récits qu’ils rencontrent. Être ainsi au centre de l’histoire et ne pas être toujours relégué en marge ou invisibilisé.

Anthony Thibault

Metteur en scène

Artiste associé au Glob théâtre à Bordeaux.

Diplômé d’un Master professionnel « Dramaturgie et Mise en scène » à l’Université de Poitiers et d’un Master recherche « Études théâtrales » à l’Université de Paris Sorbonne Censier.
Parallèlement à sa formation, il crée des spectacles gratuits pour les enfants hospitalisés au CHU de Poitiers, en partenariat avec l’association Un hôpital pour les enfants ; et est comédien pour des compagnies de théâtre amateur à Poitiers.

Après ses études, il travaille en Belgique, auprès d’un maître de la mise en scène Jacques Delcuvellerie (Groupov absl) sur son spectacle Un Uomo di meno, en tant qu’assistant, comédien et assistant dramaturge. Il collabore ensuite avec Claude Schmitz, sur son spectacle Mary mother of Frankestein, dans lequel il écrit le monologue de la créature.

En 2010 il est membre du comité de lecture du CDN d'Orléans, sous la direction d'Arthur Nauzyciel et en 2012 dans le comité du Studio Vitry sous la direction de Marie-Christine Soma et Daniel Jeanneteau.

Par la suite, il collabore comme assistant à la mise en scène avec Sophie Lecarpentier, Les 3 folles journées, d’après la Trilogie de Beaumarchais. Mais également avec Yan Allegret, sur Neiges, dont il devient le collaborateur artistique sur Le Kojiki, demande à ceux qui dorment en novembre 2015. Ils préparent ensemble pour la saison 16-17 la création permanente de La Collecte de rêves, à Lilas en Scène. La Collecte a débuté à Main d’œuvres à St-Ouen, au théâtre Les Bambous à La Réunion, à la Maison d'arrêt de Fleury-Merogis et dans des collèges d’Île-de-France.
Il travaille également avec des compagnies émergentes en tant que dramaturge et collaborateur artistique, notamment sur La Centrale, un texte de Virginie Barreteau, mis en scène par Louise Dudek.

En parallèle de ces activités, depuis 2010, il collabore étroitement avec le Festival d'Automne à Paris en tant que médiateur culturel. Pendant deux ans sur les expositions d’arts contemporains. Puis sur le Parcours d’auteurs et intervient dans une dizaine de classes en collèges et lycées. Il a mis en place une plateforme d'écriture pour que les jeunes s'expriment sur les représentations auxquelles ils assistent. Automne au lycée : www.automneaulycee.com

Mais il est également, de 2011 à 2013, en charge d’un Atelier d’écriture et de jeu, atelier pour des habitants de l’Est parisien avec une population hétéroclite : 18 nationalités, 100 participants, à l’initiative de La Colline, théâtre national. C’est dans ce même temps qu’il rencontre Stanislas Nordey - qui signe la mise en scène des textes écrits lors de cet atelier. Ce programme est mécéné par les Fondations Edmond de Rothschild, la Caisse des Dépôts, la Fondation SNCF, la Fondation La Poste.

A partir de 2013, il devient l’assistant de Stanislas Nordey sur : Par les villages de Peter Handke, pour sa création dans la Cour d'honneur du Palais des papes du Festival d'Avignon 2013, Lucia di Lammermoor de Donizetti mis en scène à l’Opéra de Lille et Affabulazione de Pier Paolo Pasolini, pour sa création en mars 2015 au théâtre de Vidy-Lausanne.

Durant la saison 14-15, il est assistant sur la première année du programme Ier Acte, mis en place par Stanislas Nordey et Stéphane Braunschweig à La Colline théâtre national. Atelier qui prépare des jeunes comédiens ayant subis des discriminations aux concours d’entrée aux Écoles nationales de théâtre. Il y assiste Valérie Dréville, Jean-François Sivadier, Nicolas Bouchaud, Emmanuelle Huynh, Blandine Savetier.
La saison suivante, il intervient à La Colline, théâtre national, dans le programme Education et proximité, qui met le théâtre au cœur d'un processus d’échanges entre élèves d’un même territoire (le XXe arrondissement de Paris) en faisant collaborer des classes en binôme autour de la pratique d’acteurs et le parcours du spectateur.

Été 2015, il participe à l’International Community Arts Academy (ICAA), groupe de réflexion sur la participation collective d’amateurs dans les opéras. Ce groupe est mis en place par le Berliner Philharmoniker, London Symphony Orchestra et le Festival d’Aix en Provence autour du projet The Monster in the Maze, livret de Jonathan Dove et conduit par Sir Simon Rattle.

En 2015, Anthony Thibault crée la compagnie La Nuit te soupire, à Poitiers.
L’une des premières actions de la compagnie sera de créer un label d'écriture contemporaine : JEUNES TEXTES EN LIBERTE, avec l’autrice Penda Diouf, rencontrée lors de la soirée de présentation de Ier Acte à la Colline en mars 2015. Jeunes textes en liberté a pour but de favoriser l’émergence des auteurs dramatiques contemporains et de prôner une meilleure représentativité de la diversité sur la scène théâtrale française.
Pour ce projet, il a été lauréat 2016 de la Bourse Déclic Jeunes de la Fondation de France.

Dans le même temps, la compagnie a mis en place avec Scènes de territoire de l’Agglomération du Bocage Bressuirais, un atelier de réflexion sur la médiation culturelle, rassemblant différentes structures culturelles de la région Poitou-Charentes.

Ete 2016, il présente un projet pluridisciplinaire avec la comédienne Céline Langlois pour la nouvelle direction de la Maison du Comédien Maria Casarès. Le projet est retenu en shortlist.

En 2017, Anthony Thibault met en scène La loi de la gravité d'Olivier Sylvestre. Ce texte publié depuis aux éditions Passage(s), a été sélectionné par le Label Jeunes textes en liberté, par le comité du Tarmac, la Mousson d’hiver, et a été primé par Artcena - Aide à la création. Une petite forme a été présentée à La Loge à Paris en mars 2017. La version plateau a été créée au Festival des Francophonies de Limoges le 21 septembre 2017. Des mises en espaces et des lectures ont eu lieu au Centre Intermondes de La Rochelle, avec Les Nouvelles Zébrures de la Maison des auteurs de Limoges. Avec l’aide de la DRAC Nouvelle-Aquitaine, la SPEDIDAM.

En suivant, il travaille sur le texte de Mario Batista, Ce qu'on attend ce qu'on avait déjà, un texte non publié, un monologue avec la comédienne Nathalie Richard. Ce texte a été primé par Artcena et recevra l’Aide à la création, mais aussi le soutien de la Fondation Ecart-Pomaret. Deux résidences ont eu lieu aux Studios Virecourt en avril 2017 et à La Chartreuse - Villeneuve lez Avignon, en décembre 2017.

Depuis trois ans, il collabore avec Pier Lamandé sur un atelier de pratique amateur Placedelaréplique mis en place par le Tarmac - scène internationale francophone, l’AJE Association Jeunesse Education et la MPAA Maison des pratiques artistiques amateurs.

Son prochain spectacle est une commande d’écriture à l’autrice Gwendoline Soublin, lauréate à deux reprises de Jeunes textes en liberté, et qui sera créé le 11 mars 2020 au Glob Théâtre à Bordeaux, où Anthony Thibault est artiste associé. Seuls dans la nuit racontera l’histoire de Nour, une aide à domicile de cinquante-cinq ans, qui se retrouve confrontée une nuit à un phénomène lumineux aussi beau qu’étrange au milieu des vignes rémoises, événement qui modifiera profondément la relation qu’elle entretient avec son environnement le plus immédiat comme avec le cosmos le plus lointain.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now